Article sur Albert Bouffier dans "la Vie Française"

De Les Bouffier
Aller à : navigation, rechercher
Viefrancaise.jpg

M. BOUFFIER

PRESIDENT DU CONSEIL GENERAL DU RHONE

Le Conseil Général ayant été renouvelé il y a quelques jours dans le département du Rhône, les nouveaux conseillers généraux procédèrent immédiatement à l’élection d’un président. M. BOUFFIER qui présidait l’ancien Conseil fut réélu à l’unanimité, résultat que chacun prévoyait.

Depuis plus de vingt ans, M. BOUFFIER est, à titres divers, l’élu des Lyonnais, et cependant on ne lui connaît pas d’ennemis ! Par sa grande loyauté et la sincérité de ses convictions, il a su conquérir l’estime de tout le monde, même celle de ses adversaires politiques qui ne parlent de lui qu’avec les plus grand éloges. Il contribua à faire rétablir la mairie centrale de Lyon en 1881, et fut un auxiliaire précieux pour M. Gailleton, dont il fut le premier adjoint.

Président de l’ancien Conseil Général, il prit part au mois de novembre dernier à la réception de l’amiral Avellan et des officiers de l’escadre russe, réception inoubliable et magnifique qui impressionna si vivement nos amis du Nord, même après les fêtes de Toulon et de Paris.

C’est aussi en qualité de Président du Conseil général que M. BOUFFIER reçut M. Carnot et fut mêlé à la tragédie dont Lyon a été le théâtre. Au banquet du Palais du Commerce, il était assis à la gauche du Président Carnot, qui se montra particulièrement aimable pour lui. Ce fut à M. BOUFFIER que le Président fit part de son intention d’aller au Grand-Théâtre a pied, projet qui, s’il eût été mis à exécution, aurait rendu le meurtre impossible.

Chef d’une importante maison de commerce de Lyon, le Président du Conseil général qui est dans la vie privée un excellent père de famille, un homme simple et modeste, n’a jamais marchandé son concours ni ménagé sa peine quand l’intérêt de ses concitoyens était en jeu.

Un très haut fonctionnaire disait dernièrement en le montrant : « Voici un homme avec lequel il est particulièrement agréable d’être en relations : il est remarquablement intelligent et a les idées larges ; c’est quelqu’un... »

Beaucoup de Lyonnais sont de cet avis et la carrière politique de M. BOUFFIER ne fait que commencer.

La Vie Française, 1er septembre 1894